Français
Roger TOULOUSE
Orléans (1918-1994)
Peintre, sculpteur,
illustrateur et poète
Revue N° 1 - juin 1996 (pages 80 à 84)
Vign_1994_Sens_inverse

    Sens inverse - 1994
   Huile sur isorel - 0,60 x 0,73 m
         Collection particulière



                       ***


 Les dernières oeuvres



par Pierre Garnier



Roger Toulouse a toujours suivi sans écart son évolution intérieure ; aucun compromis avec la peinture qui vivait en lui. On sent bien qu'il est poussé, qu'il fut poussé dès l'origine, non par des modes ou des relations, mais par ces instances supérieures impérieuses, implacables, qui jamais ne transigent. Certains voient dans son évolution des éclatements successifs de chrysalides. Je préfère y voir une suite d'âges auxquels chacun a été préparé longtemps.
Ainsi cette période - la dernière - celle que j'aimerais d'abord nommer pour faciliter les choses « de tôles découpées », est préparée par le temps des triangles, elle-même préparée par cette peinture qui ramène les profondeurs du temps et de l'espace dans un seul plan, elle-même précédée par cette magnifique série de natures mortes qui contient, vers les années 1945, les données qui seront développées vers les années 70. Cette peinture donc « de tôle découpée », correspondant à la sculpture de Roger Toulouse à cette époque, cette peinture de surfaces dentées et de rouages, correspond à la vision de Roger sur l'humanité, alors unidimensionnelle. Sur les fonds monochromes, parfois d'or, se détachent nettement - mais à peine, tant les personnages sont minces (des caricatures découpées dans du papier) - des êtres humains, des insectes (peu de différences), des jouets souvent de guerre, chars d'assaut, avions, parachutes, dans un décor aussi mince de tours, de minarets, d'églises, d'usines. Il faudrait analyser chaque œuvre, faire même des statistiques pour voir, sur les motifs - ils s'y prêtent : trompettes, outils, êtres vivants ou morts - un monde glacial de fin de jour, avec un soleil rouge qui va s'éteindre.

Bien sur qu'on peut chercher l'origine de ces œuvres dans « La rue aux drapeaux » (1947), la «Table de repasseuse» (1947), la « Nature morte au phonogramme » (1947), la « Nature morte à la fenêtre » (1945) ; et même plus avant, dans « Paysage » (1933) et dans « La femme et le faune » (1937).
 
Certes, le monde a changé entre temps, les œuvres aussi, mais l'âme est là. Cette dernière période de la peinture de Roger Toulouse, cette humanité unidimensionnelle, a été parfois mal ou pas du tout perçue : le caractère anguleux des personnages, des constructions, des insectes, des lézards, cette allure pointue ou coupante, l'extrême platitude des pantins découpés et semblant collés, l'absence de perspective, une éternelle fuite latérale, les caractères mécanistes des êtres et des choses... «Architecture au profil vert», c'est l'un des témoignages les plus accablants sur cette fin de siècle...

Vign_1994_Mediane

Médiane - 1994
Huile sur isorel - 0,73 x 0,60 m
Musée des Beaux-Arts d'Orléans

Les oiseaux qui naguère encore apparaissaient pris aux pièges sont désormais absents, comme les plantes. L'homme mécanique a tout éliminé, même lui ; la mort semble ne plus venir que de lui. Il doit se nourrir de cadavres comme ces épouvantables insectes transparents.
 
Et pourtant, dans ces ultimes tableaux de Roger se lève encore un grand espoir : les fonds blancs, les fonds d'or, de rouge, de gris merveilleusement perle... La route alors ne s'infléchit plus. Roger Toulouse va jusqu'au bout de son être de peintre, sans rupture, jusqu'à ces bouleversantes peintures du final : « La guerre du Golfe » (1990), « Somalie » (1993), « Médiane » et « Hublot » (1994), où l’on distingue au milieu un cercle éclairé, illuminé sur un ciel fou de flammes et de fumées.

Dans ses dernières œuvres, Roger Toulouse peint une Apocalypse : il s'agit bien de la fin d'une cité terrestre, et on voit à travers ces lambeaux, ces déchirures, ces espèces de feux montant dans leurs fumées, ces crépitements, des lueurs calmes, une lumière calme qui semblent être les prémices d'une cité céleste. Explosion folle et molle, flammes, cris, une précipitation en enfer telle qu'aurait pu la peindre un peintre du Moyen-âge. Les hommes sont en lambeaux, en feu, des chômeurs de la vie et de la mort, des misérables ; mais il y a au milieu ce « Hublot » de Lumière.
 
Je viens d'écrire, à dessein, le mot "Moyen-âge" : Roger Toulouse a toujours peint avec cet ordre pointilleux de l'artiste du Moyen-âge. C'est un maître. Il faudra étudier à fond sa manière, ses matières, cet extraordinaire labeur que représentait en chaque œuvre la pose des couleurs, ces fonds d'or qui reviennent périodiquement, différents monochromes…

J'ai devant moi une œuvre des années 80, un ensemble d'oiseaux pointus comme on imaginerait les gouttières des églises gothiques. Il faudra étudier ces composantes, car dans cette œuvre du XXème siècle, absolument moderne, apparaît comme un retour du Moyen-âge, comme si Roger avait cherché et trouvé sa liberté davantage dans l'espace du temps que dans le siècle de l'espace...

 

Sommaire Revue N° 1

Juin 1996

 

Propos

 

Jean-Pierre Sueur

Maire d’Orléans

 

Eric Moinet

Conservateur en chef des musées

 

Editorial

 

Notre ami Roger Toulouse

(Pierre Garnier)

lire l'article

 

Notre fidélité

(Jacques Delpeyrou)

 

Poèmes

 

Roger Toulouse, les drapeaux

(Jean Rousselot)

 

Roger Toulouse, la ville en fête

(Jean Bouhier)

 

Biographie

 

Principales dates de la vie de Roger Toulouse

(Jean Perreau)

lire l'article

 

Etudes de l’œuvre peint

 

Quelques précisions à propos de Roger Toulouse et de son œuvre (extraits)

(Jean Perreau)

lire l'article

 

A propos de l’œuvre graphique de Roger Toulouse

(Isabelle Klinka-Ballesteros)

 

Histoire du portrait de Max Jacob « Le Poète à l’Orchidée » 1942

(Jean-Louis Gautreau)

lire l'article

 

A Max Jacob - poème

(Roger Toulouse)

 

« Le portrait de Suzy Solidor » 1962

(Jean-Louis Gautreau)

Lire l'article
 

Sur quelques dessins préliminaires de Roger Toulouse

(Jean-Louis Gautreau)

 

« La Cathédrale verte » 1963

(Jean-Louis Gautreau)

 

Les dernières œuvres

(Pierre Garnier)
Lire l'article 


Document

 

Roger Toulouse, grand peintre et grand dessinateur solitaire

(Jean Rousselot)

lire l'article

 

Vie de l’association

 

Don de Marguerite Toulouse au musée des Beaux-Arts d’Orléans


Les expositions et manifestations de l’année


Composition du conseil d’administration

© Copyright "Les Amis de Roger Toulouse"
Créer un site avec WebSelf