Français
Roger TOULOUSE
Orléans (1918-1994)
Peintre, sculpteur,
illustrateur et poète
Revue N° 2 - (septembre 1997) pages 6 et 7
Vign_1947_Portrait_de_Rene_Guy_Cadou_non_signe_

                 Eléments
            pour un portait
         de Roger Toulouse

par René Guy Cadou
 

Critiquer, c’est peser. Je ne juge pas, j’aime ou je rejette. Je demande à un livre de poèmes d’être contagieux, c’est-à-dire de me donner l’envie d’écrire. Roger Toulouse est contagieux et, plutôt que de saisir la plume, j’aimerais m’emparer maladroitement d’un pinceau pour l’expliquer.

Je pense à ces forçats de la peinture qui, dans le pandémonium des cavernes, épuisaient au couteau la technique de leur art.

Mais peut-on parler de technique quand il s’agit de cette passion, de ce tumulte à la fois grandiose et malhabile qui pousse la main vers la surface lisse des journées ?

Tout ce qui s’attache à l’os rend compte. De là le secret des dessins de Toulouse, cette ligne d’âme qui définit et grandit son objet.

La beauté des arbres tient à l’hiver. Dès la première chute des feuilles ils s’incarnent, s’appliquant à n’être plus une délicieuse surcharge comme en avril ; ils font corps avec le ciel qu’ils supportent et qui leur donne cette géographie lumineuse qui s’imprime comme lys dans l’épaule de la terre.

Peinture abstraite, diront les faibles devant une gouache de Toulouse ; c’est s’attacher bien davantage à l’apparence qu’à la présence.

Ce qui fait la force secrète de ce peintre ne tient pas particulièrement à une qualité plastique de sa peinture – encore qu’il faille s’interroger sur le destin poignant de la couleur – mais en ce qu’il est perpétuellement hanté.

Je n’entends point par hantise une figuration rétrospective du passé, ou immédiate du présent, mais une longue promenade dans l’avenir, un appel du pied qui proprement vous transporte, ne laisse plus à l’âme de repos.

Roger Toulouse est une longue patience, un long mal qui n’espère une légère amélioration que dans les siècles à venir. Pour une plaie légère, il se garde au contraire de ses contemporains, de toute intervention chirurgicale. Il détient le secret des herbes, des baumes, des riches couleurs qu’il fabrique. Et qu’on m’entende bien, il ne s’agit point de récolter, entre les tarots et le marc de café, les secrets d’une diseuse de bonne peinture, mais d’inventer, de penser.

Max Jacob, qui le premier sut découvrir Roger Toulouse, m’écrivait : 
" Refuse-toi à écrire des choses sans importance, c’est la plaie de la poésie actuelle…
Qu’un poème repose sur une pensée, que cette pensée soit aussi éloignée que possible de la poésie ; ainsi tu donneras du poids au poème tout en lui laissant les ailes les plus diaprées. 
Et en pleine marge, en grosses capitales d’imprimerie :
" INVENTE. " 

Ainsi pour la peinture. Et Roger Toulouse le sait bien qui s’est toujours refusé à reproduire, ou plutôt à produire ce qui ne lui était point dicté par une raison majeure et pour tout dire, en suspension, depuis des siècles, au fond de lui.

A côté de ce monde quotidien, dont nous avons de bonnes raisons de nous méfier, Roger Toulouse, inquiet pour nous, a su se créer, avec l’exigence qui caractérise ce tempérament foncièrement hauturier, un nouveau monde en
proie à une impossible genèse qui le relance douloureusement sur ses claies, qui le rend plus grand que lui-même.

pt_les_arts_en_province_r
    Roger TOULOUSE

   
                     Trompe d'automobile
                     Ou vieux bugle de chasse
                     Par le chas de l'aiguille
                     La beauté passe

                                      Et l'on entend parler la toile
                                      Avec des mots
                                     Comme des boutons de porte
                                     Ou des coquelicots

                                                 On voit de ces bizarres uxtensiles
                                                 En usage dans les lingeries
                                                 Et les asiles
   
                                                           Le jeune homme a beaucoup de peine
                                                           A cause des potences
                                                           Et à cause du ciel

                                                                       Le jour se noie
                                                                       Dans les vitres de plomb
                                                                       A revers de médaille
  
                                                                                     Un boucher triste
                                                                                     Un képi rouge
                                                                                     Un lourd paquet d'entrailles

          

                                                                                                             René Guy CADOU
pt_1_rgc_les_visages_de_solitude_1_r
pt_2_rgc_dedicace_1_r
Sommaire Revue N° 2

    Septembre 1997

Editorial
lire l'article

 

Un poète, un ami

 

Les arts en province, éléments pour un portrait de Roger Toulouse

(René Guy Cadou)

lire l'article

 

Roger Toulouse

(René Guy Cadou)

 

Notes sur le poème « Roger Toulouse » de René Guy Cadou et sur la publication qu’en fit Pierre André Benoît en 10 exemplaires le 15 février 1949

(Pierre Garnier)

 

Roger Toulouse, poème de René Guy Cadou édité par      P.-A. B. Note descriptive

(Jean-Louis Gautreau)

 

Quatre poèmes de René Guy Cadou sur quatre portraits de Roger Toulouse

(José Millas-Martin)

lire la suite

 

Etudes de l’œuvre

 

Participation de Roger Toulouse à l’ornementation des façades du Centre municipal et du musée des Beaux-Arts d’Orléans

(Isabelle Klinka-Ballesteros)

lire l'article

Les principaux thèmes traités pendant la période des triangles

(Jean-Louis Gautreau)

lire l'article


Etude d’un tableau « Le Dinosaure au Rocher »

(Jean-Louis Gautreau)

lire l'article
 

Anecdotes et biographie

 

Les ateliers de Roger Toulouse

(Jean-Louis Gautreau)

lire l'article

 

Une exposition Roger Toulouse à Orléans en 1965

(Jean-Louis Gautreau)

lire l'article 


Roger Toulouse et Marcel Béalu, l’amitié de deux jeunes créateurs

(Jean Perreau)

 

Hommage en miroirs à Roger Toulouse

 

Poème

(Pierre Garnier)

 

Quai Saint Laurent, poèmes pour quelques amis, 1948. Des notes en attendant une étude

(Pierre Garnier)

lire l'article
 

Sur un tableau blanc de Roger Toulouse

(Pierre Garnier)

 

Document

 

Une fenêtre ouverte sur le rêve

(Michel Manoll)

lire l'article

 

Silence et Cri

(Jean-Jacques Lévêque)

 

Parution d’un livre d’art

 

Roger Toulouse (1918-1994), peintre et illustrateur, de Marguerite Toulouse et Jean Perreau

(Pierre Garnier)

 

Poème

 

Roger Toulouse

(Thierry Guérin)

 

Vie de l’association

 

Les œuvres de Roger Toulouse conservées au musée des Beaux-Arts d’Orléans

Dons au musée des Beaux-Arts d’Orléans

Les évènements de l’année

Le courrier des lecteurs

Composition du Conseil d’Administration

© Copyright "Les Amis de Roger Toulouse"
Créer un site avec WebSelf