Français
Roger TOULOUSE
Orléans (1918-1994)
Peintre, sculpteur,
illustrateur et poète
Revue N° 2 - (septembre 1997) pages 71 à 78
pt_2_quai_st_laurent_reduit

     

     Quai Saint-Laurent 


     poèmes de Roger Toulouse
 
     pour quelques amis - 1948






par Pierre Garnier







Les trois premiers vers : 


      Toutes les tables bordent les ruisseaux 
      et tournent pour ne plus reparaître 
      près d’un lit allaitant les moineaux.






Nous sommes en 1948, ou avant ; en tout cas près de la fin de la guerre. Le surréalisme allume ses derniers feux. J’ignore si Roger avait lu Freud et les surréalistes, et ça n’a guère d’importance : il y eut Freud et les surréalistes parce que la société le demandait. L’époque était venue. Le siècle demandait aussi ces très étranges poèmes. "Toutes les tables bordent les ruisseaux". De quelles tables et de quels ruisseaux s’agit-il ? Les tables sont-elles couvertes : de plats, de vases, de fleurs ? Quels sont ces ruisseaux : de la joie, de la douleur ou d’eau vive ? Cependant, malgré les questions on voit bien la scène : des tables – des rives ? – bordent des ruisseaux et tournent comme font toutes les tables pour disparaître … dans leurs images abandonnant le ruisseau qui lui s’écoule et demeure comme moi, comme le peintre, comme le monde. Nous coulons et demeurons ; les tables "tournent pour ne plus reparaître près d’un lit allaitant les moineaux" : et là je perds le fil,  à moins d’appeler à mon secours des images érotiques, enfantines et si vieilles… Il est inutile d’essayer de faire passer dans l’univers expliqué cette écriture automatique qui nous rappelle certains tableaux de Roger. Le sens du monde est-il si petit qu’il ne dépasse pas l’épi de blé ? Sans doute. Il convient seulement d’aller dans le poème, dans ses images, comme on avance dans le champ de blé.

Puis :

      Dans le chemin d’une prairie sans fleurs
      la viande de cheval dort,
      il a perdu sa crinière dans une bourrée d’épines
      son sabot percé, il dort sur le dos ;

Cette fois, il s’agit d’une description « réaliste » : il faut se reporter aux chevaux du peintre et du dessinateur. Mais c’est la viande de cheval qui dort. Il faut se reporter au boucher chevalin. Mais le sabot est percé, comme la main du Christ ; mais sa chevelure s’est accrochée dans les épines. Ce sont là des constatations, des traces, des signes d’un crime peut-être. En poésie comme en peinture, Roger fait un bilan : le crapaud est sur le gibet, la poire dans la bouteille, le marin est mort sur une planche, Dante, Goethe, Beethoven portent des traces… C’est ainsi que le détective travaille : se sont-ils tous accrochés dans les épines ou s’agit-il d’un assassinat ? Ou faut-il toutes ces égratignures pour le Jugement de Dieu ? 

      Un cri appelle les femmes venant de la moisson
      pour avaler le couteau et couper le jambon ;
      la pointe fond le cœur, écorche la peau,
      la litière des animaux est un lit de repos,
      pour respirer les bienfaits de la misère
      du rossignol au corbeau noir
      l’horizon appelle encore la fenaison.

L’incohérence, le sens bref, l’incompréhension sont sans aucun doute les premières réactions de celui qui entre encore étranger dans le monde nouveau d’un poème. Soudain la rigueur de la raison, la beauté et la profondeur des sens, la clarté apparaissent : il semble alors qu’on ait pris les clés et ouvert les portes. Cette lumière paraît en chaque poésie authentique.

pt_1955_le_cheval_mort

Le Cheval mort - 1955
Huile sur toile - 0,50 x 0,65 m
Collection particulière

Le "Quai Saint-Laurent", ce sont des « tableaux » ; il nous faut simplement quelques temps pour que nous passions du poème au tableau qui s’y situe. Ce sont des tableaux vivants comme naguère il y en avait sur les champs de foire, mais évidemment à un autre niveau :

      La fête est sur le bord du canal
      la grande joie va commencer
      en respirant l’odeur du noyé.

Comme souvent chez Roger Toulouse, la fête trouve dans la mort son origine et sa fin.

      On cogne là-bas sur les chaussées –
      Les bottes de muguet brûlent dans le papier.
      Les bœufs perdent leur corne dans les prairies fleuries
      où la boue enlise l’œil de l’enfant…


On voit bien que chaque vers descriptif pourrait être un tableau.  "Les bottes de muguet brûlent dans le papier. Les bœufs perdent leur corne dans les prairies fleuries" : on reconnaît au loin des thèmes du peintre. Mais si autrefois on filait la métaphore, on prenait soin de ne pas casser le fil, ici, il n’y a de fil que loin derrière les images :

      où la boue enlise l’œil de l’enfant…
      coupant les fils du beau temps

C’est d’abord incompréhensible : la boue ne peut couper… Mais on saisit en un éclair : la boue enlise l’œil, occulte le regard, alors le temps s’efface, comme la lumière et le monde disparaissent quand on meurt…

Aussitôt après intervient le piège qui est toujours pour Roger Toulouse un cher danger :

      La taupinière dans l’herbe
      devient un piège pour l’épervier


Cette image paraît d’abord purement mentale : les éléments du monde semblent reconstruits selon une logique nouvelle. Mais cette image ne se fonde-t-elle pas sur ce qu’a vu l’auteur ? L’épervier n’a-t-il pas plongé sur la taupe, et bien que cela paraisse impossible, n’est-il pas resté prisonnier du trou ?

pt_3_martyr_au_cheval_1949

Martyr sous le soleil - 1950
Gravure au burin - 0,26 x 0,31 (cuvette)
Monogrammée RT dans la plaque
Collection particulière

Ce poème s’achève par :

      Tout le monde parle, c’est l’heure de succomber.

Proposition étrange : la parole, ce petit sens du monde qui naît du monde, sonne l’heure de la mort : on ne s’entend plus. Est-ce le nombre déjà étouffant des hommes ? Aucune place ne subsiste, il y a trop de monde dans le monde ; on étouffe dans les milliards d’étoiles, dans les milliards de mots.

      Les cailloux du canal emplissent les chantiers
      c’est l’heure du signal, toutes les panses seront percées
      Les visages se cachent dans le blé
      les bannière sont là qui soufflent…


Les bannières ! Est-ce la guerre ? Sans doute c’est la guerre.
C’est d’ailleurs curieux : la prosodie de Roger Toulouse est presque régulière : les rimes même existent en bourgeons (plus – mur – matin – loin – porte – repartir – planche – rouille – place – cassé, etc).
 
Le poème d’ailleurs souvent se clôt dans un monde clos :

      Il ne faut plus regarder la fumée, c’est une main
      qui va finir dans une chambre fermée

Quai Saint-Laurent :
pt_qsl_recto_c_reduit

Dessin illustrant la 1ère de couverture
de l'édition originale de 1948

poèmes pour quelques amis - 1948
pt_qsl_verso_c_reduit

Justification de la date et du tirage
en 4ème de couverture
de l'édition originale de 1948

Sommaire Revue N° 2

    Septembre 1997

Editorial
lire l'article

 

Un poète, un ami

 

Les arts en province, éléments pour un portrait de Roger Toulouse

(René Guy Cadou)

lire l'article

 

Roger Toulouse

(René Guy Cadou)

 

Notes sur le poème « Roger Toulouse » de René Guy Cadou et sur la publication qu’en fit Pierre André Benoît en 10 exemplaires le 15 février 1949

(Pierre Garnier)

 

Roger Toulouse, poème de René Guy Cadou édité par      P.-A. B. Note descriptive

(Jean-Louis Gautreau)

 

Quatre poèmes de René Guy Cadou sur quatre portraits de Roger Toulouse

(José Millas-Martin)

lire la suite

 

Etudes de l’œuvre

 

Participation de Roger Toulouse à l’ornementation des façades du Centre municipal et du musée des Beaux-Arts d’Orléans

(Isabelle Klinka-Ballesteros)

lire l'article

Les principaux thèmes traités pendant la période des triangles

(Jean-Louis Gautreau)

lire l'article


Etude d’un tableau « Le Dinosaure au Rocher »

(Jean-Louis Gautreau)

lire l'article
 

Anecdotes et biographie

 

Les ateliers de Roger Toulouse

(Jean-Louis Gautreau)

lire l'article

 

Une exposition Roger Toulouse à Orléans en 1965

(Jean-Louis Gautreau)

lire l'article 


Roger Toulouse et Marcel Béalu, l’amitié de deux jeunes créateurs

(Jean Perreau)

 

Hommage en miroirs à Roger Toulouse

 

Poème

(Pierre Garnier)

 

Quai Saint Laurent, poèmes pour quelques amis, 1948. Des notes en attendant une étude

(Pierre Garnier)

lire l'article
 

Sur un tableau blanc de Roger Toulouse

(Pierre Garnier)

 

Document

 

Une fenêtre ouverte sur le rêve

(Michel Manoll)

lire l'article

 

Silence et Cri

(Jean-Jacques Lévêque)

 

Parution d’un livre d’art

 

Roger Toulouse (1918-1994), peintre et illustrateur, de Marguerite Toulouse et Jean Perreau

(Pierre Garnier)

 

Poème

 

Roger Toulouse

(Thierry Guérin)

 

Vie de l’association

 

Les œuvres de Roger Toulouse conservées au musée des Beaux-Arts d’Orléans

Dons au musée des Beaux-Arts d’Orléans

Les évènements de l’année

Le courrier des lecteurs

Composition du Conseil d’Administration

Lettre de René Guy Cadou

Louisfert, 7 déc. 48 

Mon cher Roger,

[...]
Il me reste maintenant à te dire, mon bien cher Roger, entre quatre-z-yeux pour que tu n'aies pas à en rougir et pour que les copains ne soient pas jaloux, que jamais aucune autre lecture de poèmes ne m'avait autant bouleversé que celle des tiens depuis l'âge où Michel me fit découvrir "les Epaves du Ciel" de Reverdy.

[...]

 

 

© Copyright "Les Amis de Roger Toulouse"
Créer un site avec WebSelf