Français
Roger TOULOUSE
Orléans (1918-1994)
Peintre, sculpteur,
illustrateur et poète
Revue n° 9 - (septembre 2004) pages 26 et 27
pt_le_faisan_r_9

       
       Aller à la chasse avec Roger
                        
(1947-1948)


par Jean Rousselot


Aller à la chasse avec Roger était un grand plaisir. Surtout pour le gibier, si abondant toujours après la guerre qu’on aurait pu faire bombance avec un minimum d’attention et de talent cynégétique. Mais voilà bien ce qui manquait à l’un et à l’autre, trop occupés de dire du mal de Maurice Denis, du bien de Gauguin, de Van Gogh et de Picasso, avec de longs commentaires sur Lautréamont, Breton et les surréalistes, dans la tranquillité de la forêt de Sologne, pour voir quelque garenne nous filer entre les pieds, ou entendre le cri courroucé de quelque faisan mécontent de notre présence (ce "bestiau"-là, qui sait voler, ne s’y décide qu’à la dernière seconde, quand on l’a quasiment dans la main).
 
Sans le beau-père de Roger, le cher Monsieur Texier, et la paire de tireurs émérites qui l’accompagnaient, assistés d’une adorable petite chienne de race indécise, experte à dépister n’importe quel bipède ou quadrupède sous les buissons, nos expéditions se fussent achevées sur des fiascos, mais nous aurions bien fini par nous entendre sur l’incroyable ressemblance du portrait de Gertrude Stein par Picasso, et sur les leçons de gouache que nous avait données Max Jacob avant que la Gestapo ("j’ai ta peau", disait-il) ne l’envoie à la mort.
 
Quand je précisais "juste après la guerre", c’était un peu justifier notre maladresse, nantis comme nous l’étions de fusils fatigués, bons à "tirer dans les coins", que mes fonctions d’autorité m’avaient permis de mettre de côté pour les rendre à leurs propriétaires spoliés par les Allemands…

Nos parties avaient lieu vers La-Ferté-Saint-Aubin ou La-Motte-Beuvron, pas très loin il me semble d’un petit château en briques rouges dont les planchers et les boiseries étaient spongieux. Le châtelain, à la fois nobliau et homme à tout faire, nous avait requis un beau jour pour l’aider à mettre fin à une insupportable invasion de lapins. Le procédé était simple : on rabattait d’aussi loin que possible les petites bêtes dans un "fermet" en grillage, et on les assommait à coups de bâton. Roger et moi déclinâmes, bien entendu, malgré une tasse de thé moisi, et au faux air de Chopin de la part de la châtelaine.

Les lapins, les chevreuils, et plus encore les sangliers (prononcez "sang-liés", vous me ferez plaisir) ravageaient en vérité les cultures. Pas de quoi, malgré tout, émouvoir un peintre occupé d’installer un "Robot dans une cuisine", et un poète encore chaud de lyrisme engagé. Le beau-père de Roger et ses amis ne se prêtèrent pas non plus à ce massacre, et continuèrent de tirer les cochons qui nous faisaient plutôt peur, suivis de leur laie et de leurs marcassins, que nous voyions, "en forme", filer entre les arbres.
 
Les meilleurs moments de ces parties étaient le repas de midi, rustique et bien arrosé, que nous prenions au village. Suivait une bonne sieste, en bordure de bois, "la tête à l’ombre et les pieds au soleil" comme Ruy Blas. Des icebergs d’aubépine et des buissons de prunelliers bleus nous tenaient compagnie, et le silence n’était troublé que par les beuglées au loin d’un garde-chasse appelant sa chienne, "La Bichaude", histoire de canarder encore un peu avant le soir. Curieux bonhomme, accoutré de leggins énormes ; on eût dit un Hoplite.

Sommaire Revue n°9

   Septembre 2004

 
Propos de Serge Grouard

Maire d’Orléans, Député du Loiret

 

Editorial lire l’article


Hommage à Roger Toulouse pour le 10ème anniversaire de sa disparition

 

Quelques amis de longue date

 

A l’Auberge des quatre routes

(Hélène Cadou)

lire l’article

 

Roger et Marguerite, le don de l’accueil

(Bernard Foucher)

lire l’article


Rencontre avec Roger Toulouse

(Pierre Garnier)

 

Mes premières rencontres avec Roger Toulouse

(Hélène Henry)

 

Un amour vrai

(Raymond Leclerc)

Un souvenir de Marguerite Toulouse
(Jean-Louis Gautreau)

lire l’article

 

Le Soleil dans la tête

(Jean-Jacques Lévêque)

 

Roger Toulouse comme nous l’avons connu et aimé

(Bernard et Yvonne Richard)

 

Triple rencontre

(Christiane Roche)

 

Hommage à Jean Rousselot

(Abel Moittié)

 

Rencontre

(Jean Rousselot)

 

Aller à la chasse avec Roger

(Jean Rousselot)

lire l’article

 

Ce beau sourire

(Anne Sourcis)

 

Témoignages d'anciens élèves

 

Tout a commencé en septembre 1960

(Jean-Louis Gautreau)

 

Du maître à l’ami

(Michel Kister)

 

Triangles, mystères et boules de gomme

(Jacky Leloup)

lire l’article


« Tu vois, mon vieux, il ne faut pas être trop pressé »

(Jean-Claude Longuet)

lire l’article

 

Il ne l’a pas connu, mais il a rencontré son œuvre

 

Roger Toulouse et le divan

(Hubert de la Rochemacé)

lire l’article

 

Au musée des Beaux-Arts d’Orléans : une exposition de portraits réalisés par Roger Toulouse

 

Texte d’introduction et catalogue de l’exposition

(Isabelle Klinka-Ballesteros)

 

Etude d’une œuvre retrouvée 


Nature morte à l’œuf

(Jean-Louis Gautreau)
lire l’article

 

Documentation sur Roger Toulouse et son œuvre

 

Divers prix, récompenses et décorations reçus par Roger Toulouse


Les œuvres de Roger Toulouse dans les musées français


Les lieux portant le nom de Roger Toulouse dans le Loiret

 

Vie de l’association

 

Les évènements de l’année

Les œuvres retrouvées

Nos amis ont publié

Le courrier des lecteurs
Les ouvrages disponibles

Composition du bureau

Bulletin d’adhésion

© Copyright "Les Amis de Roger Toulouse"
Créer un site avec WebSelf