1972 - 1988

Une nouvelle vision du monde : l'homme métal 

1970 - Le Funambule (i).jpg

De la peinture à la sculpture

C'est l'intérêt que Roger Toulouse porte à la sculpture, à partir de 1970, qui va considérablement faire évoluer, une fois de plus, son langage formel. Les premiers essais sont des transpositions de dessins triangulés, en sculptures de métal martelé ("La Fuite", 1970) ; mais peu à peu, il va prendre conscience des lois propres à la sculpture et de la nécessité de travailler en trois dimensions. Cela va l'inciter à abandonner les triangles, trop légers et trop frêles, pour des formes plus compactes et plus denses, (ex. : "Enop", 1977, sculpture abstraite aux éléments articulés). En retour, cette démarche va influencer ses compositions peintes.

1970 - L'Equilibriste (i).jpg

Les symboles de la création industrielle 

1978 - Dans la nature.jpg

Au cours de cette longue période, il est possible de distinguer plusieurs temps successifs, bien que les limites ne soient pas toujours précises ; le peintre a souvent travaillé simultanément dans plusieurs directions. Il suffit d'observer les éléments constitutifs des tableaux pour saisir ses préoccupations. On reconnaît les symboles de la création industrielle : un bateau, un avion, une auto ; et des silhouettes d'architecture monumentales, aux contours anguleux et agressifs : "sémaphores", signaux, cheminées d'usine. Intégrées à ces silhouettes, on distingue parfois difficilement des représentations du monde humain, animal ou végétal. Le bestiaire utilisé est assez limité : insecte monstrueux, poisson, profil de tête d'oiseau ou de "bête" (chien ou loup). La végétation est peu présente : fleur ou profil d'arbre aux branches dénudées. Dans cet environnement hostile, la figure humaine se remarque à peine, réduite à un simple profil ou à un masque qui se découpe sur un espace indéfini ; ou encore, petit pantin métallisé, robotisé, renversé, écrasé par la masse de l'architecture qui le domine, ("Dans la Nature", 1980). Mais que ce soit une fleur, un insecte ou un personnage, tous semblent privés à jamais de vie naturelle ("Taln", 1984). Le monde technologique est vainqueur. Le peintre visionnaire lance un cri d'alarme.æ